Histoire détaillée

Pour comprendre ce que sont aujourd'hui les Drulons, nous devons remonter dans le passé. Les origines de leur civilisation ne sont pas claires. Certains sages suggèrent que des individus qui ont fui une autre société ont découvert les ruines d'un ancien temple dans le marais, et ont décidé d'y fonder une nouvelle société. Il faut également noter que les habitants du marais possèdent un assez grand nombre de caractéristiques physiques particulières, ce qui peut laisser penser qu'en fait l'origine de ce peuple remonte à des temps bien plus anciens. En fait, la combinaison de ces deux théories permet vraisemblablement de s'approcher encore plus de la vérité. Nous savons d'après les ruines retrouvées dans le marais qu'une civilisation y habitait il y a des milliers d'années. Il est plus que probable que la Grande Rupture l'a annihilée, ne laissant en tout et pour tout qu'un peuple revenu désormais à l'état primitif. Selon le calendrier drul, la cité de Waerrn fut fondée sur le site de cet ancien temple il y a 1120 ans. Il semble que les fondateurs soient originaires d'une autre région, et qu'ils ont redonné vie à cette civilisation en très peu de temps. Les habitants du marais se sont mêlés aux nouvelles tribus. On ignore si les clans sont venus ici de leur plein gré ou s'ils y ont été contraints par une force extérieure, car cette société est actuellement très homogène et il demeure peu de traces du temps.

La fondation de Waerrn à l'emplacement du temple possède une grande importance, et découle non seulement de questions religieuses, mais aussi des nombreuses guerres avec Sala. Les premiers colons découvrirent dans le temple de grandes fresques gravées dans la pierre, et des artefacts d'une très grande importance. Si les estimations sont correctes, ces artefacts pourraient remonter au commencement du temps lui-même, et même du temps de la Grande Rupture ils étaient déjà certainement très anciens. Dans les écrits des pierres ils découvrirent la parole de leur dieu Choath, ainsi que le récit de la création. On y trouve en particulier la mention de l'apparition d'un nouveau culte an l'honneur d'un certain Adell. Le texte mentionne que les suivants de ce dieu sont peu nombreux, mais qu'ils diffusent leurs pensées hérétiques et furent exilés du marais. Si ces écrits sont vrais, cela signifie que la religion des Drulons est la plus ancienne et probablement la seule véritable parmi toutes les religions existantes. Et de plus, cette découverte apporte du crédit à la thèse que les humains sont apparus dans le Reitroum.

Les Drulons connaissent deux siècles d'isolement avant d'avoir des contacts officiels avec les autres cultures du continent. C'est en l'année 2324 GR (ou 254 TR) que des missionnaires et des diplomates de Sala entrent dans le marais. Tout d'abord, les Drulons ont bien accueilli ces nouveaux venus, et les invitent chez eux afin de discuter du monde et de la religion. Les envoyés de Sala virent là une occasion d'éduquer ce peuple qui ne connaissait pas la civilisation, et les Drulons y virent l'occasion de corriger les conceptions erronées des prêtres salaniens et de leur montrer la vraie foi. On emmena les prêtres et les émissaires salaniens dans le temple pour leur montrer les textes sacrés. Les prêtres de Choath espéraient que les étrangers seraient convaincus à leur vue, mais au lieu de cela ils accusèrent les Drulons d'avoir fabriqué ces textes eux-mêmes et d'avoir commis une hérésie. Après de telles accusations, les émissaires ne furent plus les bienvenus, et furent renvoyés dans leurs terres.

Les villages de la frontière du marais commencèrent à demander le droit de se convertir à Adell, influencés par les discours des prêtres salaniens qui venaient souvent les visiter. Le Suva-Tovari Ytthc considéra cette demande comme une rébellion contre le gouvernement en place, et envoya des troupes dans la région pour estimer l'avancée de cette corruption des esprits. Deux villages furent rasés, et des dizaines d'individus furent mis à mort. Cette action créa des agitations dans la région pendant des 41 ans qui suivirent.

Plusieurs villages indépendants de la périphérie du marais déclarèrent leur indépendance de Drul, avec l'appui militaire de Sala. Après plusieurs mois de négociations qui se soldèrent par un échec, le Suva-Tovari Gadri II déclara une Guerre de Purification. Cette guerre fut courte et brutale, et causa la destruction de plusieurs villages et villes, y compris dans Sala. Tous les Salaniens furent soit mis à mort, soit mis en déroute. Gadri commença la construction d'avant-postes le long de la frontière, et exigea d'abattre tous les Salaniens à vue. En raison de lourdes pertes et de certains problèmes politiques, le roi de Sala décida que ce n'était pas le bon moment pour entrer dans une guerre.

Les tensions durèrent encore pendant soixante-dix ans, jusqu'au jour où le roi de Sala et les hauts prêtres d'Adell déclarèrent une croisade pour détruire les faux écrits religieux. Cette action fut par la suite considérée comme une des causes du début de la guerre des Neuf Rois. Cette croisade dura plus de trente ans, et les deux pays connurent de lourdes pertes. Les Drulons combattirent vaillamment, mais ils ne purent à long terme tenir leurs positions face à l'armée salanienne bien entraînée et bien équipée. Ils se retirèrent dans les frontières du marais, et le terrain devint un facteur décisif. La guérilla commença. Les machines de guerre et la cavalerie de Sala ne purent évoluer dans le marais et furent contraintes à battre en retraite De plus, les convois de ravitaillement salaniens étaient attaqués par des soldats drul, et détruits les uns après les autres. Une fois encore, le marais protégea les Drulons des envahisseurs, et contraignit les deux camps à une paix forcée.

Deux cent quarante et un an passèrent, et les guerres ravagèrent les terres, les rois s'affrontèrent les uns les autres. Les Drulons demeurèrent silencieux dans leur marais pendant la plus grande partie de cette guerre, car une terrible peste ravageait les contrées et décimait une grande partie de la population. Les Salaniens apprirent cette faiblesse, et décidèrent d'attaquer Waerrn. En raison de l'affaiblissement des Drulons, les Salaniens traversèrent leurs terres sans beaucoup de difficultés et les Drulons furent repoussés jusque dans Waerrn où ils s'abritèrent derrière ses remparts. Incapable d'amener sur place leurs machines de siège, les Salaniens organisèrent un blocus afin d'affamer les Drulons. La victoire allait revenir aux assaillants, ce n'était qu'une question de temps. Le siège dura trois mois, mais malheureusement la peste qui sévissait dans le marais n'avait pas encore disparu, et les envahisseurs furent rapidement décimés. Les effets de la peste furent aggravés par les mauvaises conditions sanitaires. De nombreux soldats commencèrent à penser que les dieux étaient contre eux, le moral chuta, et les généraux se retirèrent dans leurs terres. Pendant le siège, les herboristes de Waerrn avaient découvert le remède à la peste, sous la forme de pourriture qui recouvrait les racines entreposées dans les garde-manger. Ces racines auraient certainement été jetées s'il n'y avait pas eu le siège, et aujourd'hui encore on parle de cet épisode comme d'un témoignage de la bienveillance de Choath pour son peuple, même devant la pire adversité.

Grâce à leur remède contre la peste, les Drulons commencèrent à rebâtir leurs villes détruites par la seconde croisade. Pendant plusieurs dizaines d'années, les moissons furent abondantes, et la population revint quasiment à son effectif d'avant la guerre. La ville frontière d'Ari-Tira fut trahie par des agents salaniens qui ouvrirent les portes en pleine nuit. Une petite armée massacré les habitants, tuant hommes, femmes et enfants, et brûlèrent la ville. Les Salaniens déclarèrent que cette attaque était la vengeance des maux et malédictions infligés aux Salaniens lors de la dernière guerre. Namik, le Suva de l'époque, rassembla une énorme armée et envahit Sala en représailles. Il parvint à retrouver et à tuer les attaquants, et brûla plusieurs villes salaniennes. Avant de rentrer dans ses terres, il envoya un message aux autorités de Sala, déclarant que pour chaque Drulon tué il y aurait trois Salaniens tués en contrepartie, et que toute ville drul attaquée verrait l'attaque de trois villes de Sala. Il remit la loi de Gadri en application : le Reitroum redevint une terre interdite aux Salaniens et aux adorateurs d'Adell. Toute personne enfreignant cette loi serait mise à mort immédiatement.

A part quelques escarmouches frontalières, on a vu peu de contacts entre les deux royaumes depuis cette époque. Les rois de Sala ont jugé que le marais était trop inhospitalier pour eux et semblent concentrer leur attention sur d'autres objectifs.

Après ces conflits, les Drulons commencèrent à penser à travailler sur la technologie reçue de où volée aux Salaniens. Les alliages à base de fer se répandirent dans la métallurgie. La peste fit progresser la médecine. Les machines de siège et l'armement des Salaniens ouvrirent de nouvelles voies à la recherche. De nombreux biens de consommation ont été améliorés, dans le domaine de la marine, des techniques de pêche, des gonds, des verrous et de l'étanchéité par exemple.

Waerrn était en ruines, et la moitié du Marais était dans le chaos. Le clan Vod, qui avait en secret conservé des troupes au cours de l'invasion de Sala, entreprit de prendre le contrôle du Reitroum. Le clan Vod proclama Sten-Vod capitale, et envoya ses gardes dans tout le Marais pour faire appliquer la loi martiale. La population n'a pas eu le choix, et a vécu dans la répression. Les Tovari restants s'échappèrent dans les terres sauvages pour éviter les persécutions. Le Suva actuel, Namik, est toujours en vie, préparant son retour au pouvoir. Le Suva baptisa sa base " Kor-Vod ", et toute persone osant s'en approcher fut tuée sur le champ. On dit que le Kor-Vod contenait des esprits maléfiques, car personne n'en revenait, et la crainte grandit chez les habitants.

Le Vod leva des taxes très lourdes, ferma le temple de Waerrn au public, et pratiqua des tortures en public pour ceux qui protestaient contre les actions du gouvernement. Une des punitions les plus communes était d'enchaîner un prisonnier la tête en bas, puis de le flageller et de le laisser pour mort.

Cinq générations de Tovari passèrent. Namik mourut sans revenir sur le trône. Le fils de Namik, Kalakar, reprit la croisade de son père. Puis Kalakar mourut, puis ce fut le tour de Balamas, et ensuite de Crim. A la mort de Crul, son fils unique, Nalor, reprit la croisade avec une force dont jamais son père n'avait fait preuve. Vingt cinq ans après la mort de Crim, dans le froid d'un banquet du Conseil en 1123, le Sompa saisit l'occasion d'agir. Ils n'étaient qu'une dizaine à attaquer, mais les vingt membres du Conseil furent massacrés, et un tiers de la garde personnelle trouva la mort ou fut retenue en otage, tandis que les deux tiers restants étaient dans la confusion la plus totale. Au loin, on entendit des tambours battre un rythme sacré dans tous les Reitroum. Les 123 Tovari vivants, conduits par Nalor, avancèrent en file indienne dans Waerrn cette nuit-là, et fondèrent un nouveau gouvernement avec cette ville pour capitale. Depuis ce temps, le clan Vod n'est pas bien considéré par les autres populations du Reitroum. Ils sont égaux en lois, mais les marchands tendent à leur pratiquer des prix désavantageux. Et un Tovari demande toujours conseils aux autres avant de s'adresser à un Vod. Cette attitude ne fait rien pour apaiser la colère des Vod.

Le Suva-Tovari Nalor devint Haut Prêtre par une chaude soirée de l'état 1124 (3194 GR). Lors de la cérémonie de prise du sceptre et du manteau de Suva, des lumières brillèrent dans le ciel boréal. Ceci apparut comme un signe, prouvant que Nalor était bien l'élu. Depuis, Choath parle régulièrement par sa bouche, promettant de grandes choses à venir pour son peuple. Nalor commença à discuter avec les autres royaumes, ouvrit des routes commerciales, et invita des guildes à venir s'installer dans le marais. Il redonna accès aux anciens temples pour que les gens puissent venir y étudier et y prier, et même inviter des étrangers entendre les paroles sacrées de Choath. LE clan Vod est agité par des émeutes régulières, mais leurs bonnes relations avec les autres clans ont disparu depuis longtemps. Le clan Vod ne possède pas, à l'heure actuelle, de gouvernement fonctionnel, et les autres clans font peu pour résoudre la situation, car cela réduit la puissance qu'il pourrait avoir.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Progress Quest ?

107 aiment, 53 pas.
Note moyenne : (161 évaluations | 12 critiques)
4,9 / 10 - Moyen
Evaluation détaillée de Progress Quest
(18 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

64 joliens y jouent, 115 y ont joué.