Généralités salaniennes

Introduction 

La culture salanienne est probablement la plus importante de toutes. Elle fut fondée par une vague de colons en provenance du continent d'Ellkana, par un homme en quête de liberté, Salan. Ellkana était à l'époque sous le joug d'un tyran corrompu. En atteignant ces terres nouvelles, les Salaniens s'étendirent en direction du nord. S'implantant au nord du continent, ils construisirent une cité importante connue aujourd'hui sous le nom de Salandorf. Unissant les peuples nordiques, « Sala » grandit rapidement. Ce que vous voyez aujourd'hui est un peuple bénéficiant d'un commandement fort, qui a favorisé son développement, à quelques exceptions près. Vous avez devant vous une culture qui appris la terreur de la guerre, et qui si elle sait se battre, tente d'éviter les conflits autant que faire se peut.

Histoire

Sala n'a pas toujours été un manteau blanc au nord d'Adellion. En vérité, l'histoire de cette nation a commencé il y a bien longtemps, avec un homme du nom de Salan. On connaît peu de choses sur lui et sur ceux qui l'accompagnaient lors de son arrivée sur le continent, mais ils furent rapides à construire leur première ville : Salandorf. On demanda à Salan de dresser plusieurs campements immédiatement pour préparer la construction de la première ville, mais il se contenta de secouer la tête. Puis, prenant son bâton, l'homme qui plus tard deviendrait un chef mythique emmena son peuple par delà les montagnes. On raconte que lorsque Salan arriva sur ce qui est aujourd'hui l'emplacement du palais de Salandorf, une lumière aveuglante tomba du ciel et l'enveloppa. Si c'est visiblement une légende amplifiée par les plus ardents patriotes, Salandorf fut néanmoins construite en ce lieu. Commença alors la construction de ce qui allait être la plus grande ville d'Adellion, et c'est à ce moment que l'avenir, pour les pèlerins, s'assombrit.

Salan était un fervent suivant d'Adonai, et c'est pourquoi son peuple était béni. Ils suivaient les traditions des Mérussans depuis des générations, et avec les siècles reçurent des appellations tels que « Nouvelle Mérussa », donné par le sage Guiden. Mais je m'égare. Une croyance adonaïque est qu'une part importante de la culture salanienne constitue un tout. La dévotion sans faille de ce peuple envers leur dieu a été pour eux une source de conflits, mais aussi une ressource de laquelle tirer sa force. C'est à l'encontre du peuple Drul que les premières tensions religieuses se sont manifestées.

On ignore quand où les attaques ont commencé. Peu après la fondation de Salandorf, les gens commencèrent à mourir. Les Salaniens étaient victimes d'attaques de guérilla alors même qu'ils construisaient leurs habitations. On ne sait pas au juste qui étaient les responsables de ces actes, et il est possible que ce fut une armée aujourd'hui complètement disparue. Tout ce que l'on sait, c'est que les colons se trouvèrent brutalement précipités dans une guerre impitoyable.

Si les batailles étaient de petite envergure, en revanche personne ne devait les oublier. Finalement, on créa des héros, on immortalisa des hommes, et le nombre de colons fut réduit de moitié. Salan comptait parmi les morts. Au moment où la population restante était devenue découragée et désorientée, survint un guerrier de légende. Le frère de Salan lui-même, Edohein, fut peut-être le plus grand guerrier qui fut jamais conçu de femme mortelle. Ses efforts, aussi bien sur le champ de bataille qu'en dehors, parvinrent à sauver le peuple salanien de la tourmente. Le souvenir d'Edohein est maintenant honoré pour l'éternité au cours du tournoi de la Lame d'Edohein.

Géographie

Les terres du Nord sont vastes et comportent aussi bien de grandes montagnes que des lacs, des fleuves, des plaines et des forêts. De nombreuses régions entravent la circulation, mais l'éducation, le commerce, la coopération, la foi en Adonai et un sens viscéral de la loyauté ont contribué à faire des Salaniens un peuple toujours uni. Les provinces sont nombreuses et variées; au nombre de quatorze, elles font toute la richesse des Salas. L'on pourrait parler de la province de Sala, région qui entoure la Mer de VIE et est considérée par beaucoup de gens comme le coeur de Sala, voire d'Adellion; mais également de la province de Mith, qui se trouve dans les vallées à l'ouest des montagnes de Bakwere, véritable centre d'érudition et d'investigation très réputé pour ses sages. Viennent ensuite les provinces de Toslorian, d'Echash, du Sud, d'Alwyn, des Hautes Terres, de Ranrila, ...

Religion

A la différence de la plupart des autres cultures, Sala est monothéiste. Adonai est plus qu'un standard religieux validé par le gouvernement. Son amour et sa sagesse apporte à beaucoup une conduite de vie et une raison de vivre.

Les suivants d'Adonai ont appris que par nature l'Homme est mauvais. Nos tendances naturelles sont l'égoïsme et l'avarice. Mais ils savent aussi qu'Adonai les aime en dépit de tout ceci, et qu'il pardonnera à tous ceux qui en font la demande. En raison de cette croyance basée sur l'amour et le pardon, l'esprit salanien est prompt à adopter la même attitude envers autrui. Celui qui pardonne sera pardonné. Comme vous jugez, vous serez jugé.

La mort pour un Salanien n'est pas une fin, mais plutôt un commencement. C'est un pas de plus vers la vraie vie pour ceux qui sont demeurés fidèles aux préceptes d'Adonai. Vivre éternellement avec lui est l'ultime récompense d'une vie d'obéissance aux vertus qu'il a énoncées. Cette croyance est ce qui entraîne une volonté encore plus grande de combattre pour la liberté. Lorsqu'on n'a rien à craindre de la mort, agir noblement devient un peu plus facile.

On dit que tant que Sala suit Adonai, elle ne sera jamais perdue, et qu'elle sera bénie pour sa dévotion. Telle est la prière de tous les hommes et de toutes les femmes du pays. Et si certains se détournent du chemin de vérité et ne suivent pas les préceptes divins, les habitants de Sala sont pour la plupart très pratiquants. De ce fait, la terre elle-même semble avoir été bénie par le dieu.

Gouvernement

La base de la loi de Sala est l'honneur. Que vous soyez noble ou paysan, vous êtes jugé devant les mêmes tribunaux en raison de l'An'namai. L'An'namai déclare en substance que tout le monde est égal aux yeux d'Adonai.

Le système légal est basé sur un seul mot : « honneur ». Pour un Salanien, l'honneur est tout. Chaque aspect de la vie comporte de l'honneur ou du déshonneur. Les lois et le gouvernement ont été créés autour de ce principe.

Les membres du Haut Conseil sont connus non seulement parce que ce sont les plus riches, mais aussi en raison de leur caractère, une fois qu'une enquête approfondie a été menée à leur sujet pour déterminer s'ils sont dignes de diriger les autres. Seuls les dévots d'Adonai sont éligibles, car Adonai seul est le père de tout honneur et de toute bonté. Sans son aide, les hommes imparfaits et mauvais se détourneraient de la Lumière.

En dessous du Grand conseil se trouvent d'autres conseils de citoyens, formés par le peuple lorsque cela est nécessaire. Si l'opinion de ces formations est respectée, leur travail est de diriger les hommes, non les nations.

La garde salanienne est la force de combat principale de Salan et la base de son armée. Cette unité a connu beaucoup de changements au cours de son histoire, et a connu des moments glorieux et d'autres moins. La garde salanienne est aujourd'hui composée d'hommes et de femmes très dévoués. Ses responsabilités comportent non seulement le combat sur les champs de bataille, mais aussi le maintien de l'ordre dans les villes de Sala et l'assistance aux citoyens. Toutes les villes sont sous leur juridiction. La garde recrute rarement des soldats directement dans la population, excepté dans les circonstance où la nation est en grand besoin d'hommes (par exemple à la bataille des Champs pourpres). Actuellement, la Garde se remet lentement de cette terrible bataille.

La garde est conduite par le Chevalier Maréchal de Sala (ou par le Maréchal de Sala s'il n'est pas chevalier). Le Chevalier Maréchal est responsable du commandement, de l'entraînement et de la stratégie au combat de toutes les troupes de Sala Ceci ne comprend pas les unités personnelles ou provinciales, sauf en temps de guerre où toutes les armées ne répondent que devant le Chevalier Maréchal. Le Conseil possède seul la possibilité de déclarer la guerre, mais le Chevalier Maréchal demeure responsable de ses décisions. Le Conseil peut décider de cette position. Sous les ordres du Chevalier Maréchal, les officiers et les soldats constituent le gros de la Garde, son épine dorsale. La Garde comporte des unités basiques d'infanterie, de cavalerie et d'archers, ainsi que des unités d'élite pour tous ces groupes de combat. D'autres groupes entrent dans la composition de l'armée, quoiqu'en effectifs moindres. Les Chevaliers de Sala sont un de ces groupes, souvent placés au commandement d'unités de Gardes. Les Gardes de Sala possèdent également une flotte qui possède les mêmes fonctions, mais sur les mers revendiquées par Sala, protégeant les convois maritimes des attaques de pirates.

La Garde place l'honneur au-dessus de tout, et leur devise est « Par l'honneur et le courage, on remporte la victoire ». Leur vertus sont le Courage, l'Honneur et la Dévotion. (« Car Cish ver So'Rison atle S'oler qe I'siser. Cenu ashar aska Cish, So'Rison, ver Simersir »). Ils estiment que l'honneur les maintiendra sur le droit chemin, les guidera vers la Lumière d'Adonai et leur permettra de servir leur nation sans honte. Leur courage se manifestera lorsqu'ils accompliront leur devoir, ils ne fléchiront pas face à la menace, et ils donneront leur vie s'il le faut. Leurs prières vont à Adonai, leur nation, ses chefs et son peuple, et à leurs camarades soldats. Leurs vertus sont leur devise, et souvent leur cri de ralliement en pleine bataille.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Progress Quest ?

107 aiment, 53 pas.
Note moyenne : (161 évaluations | 12 critiques)
4,9 / 10 - Moyen
Evaluation détaillée de Progress Quest
(18 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

64 joliens y jouent, 115 y ont joué.