Géographie et culture

Les terres du Nord sont vastes et comportent aussi bien de grandes montagnes que des lacs, des fleuves, des plaines et des forêts. De nombreuses régions entravent la circulation, mais l’éducation, le commerce, al coopération, la foi en Adonai et un sens viscéral de la loyauté ont contribué à faire des Salaniens un peuple toujours uni.

La province de Sala

"Ingran" - La ville d’Ingran se trouve en bordure de la mer de VIE. Elle contrôle les allées et venues des navires dans la mer de Vie. Le Vent d’Adonai, ou la Flotte Blanche, conduite par le « Prince » (le plus gros galion de guerre de Sala) mouille fréquemment l’ancre ici. Si un vaisseau n’est pas enregistré, il ne peut pas passer, se retrouve saisi et vendu. Nombreux sont les marins qui fréquentent cette ville à la recherche d’un travail.

Au cours des invasions pirates de 2600 – 2601, le capitaine Ingran conduisit la bataille des Béliers dans la mer de Vie. Cette bataille fut une confrontation majeure entre les Salaniens et les pirates de Grinorea Trok. Le capitaine Ingran utilisa son vaisseau pour bloquer le fleuve et piéger les pirates dans la mer de Vie afin qu’ils soient massacrés par les flottes du Nord. Le capitaine Ingran tint bon face à plusieurs galions de guerre. Le temps qu’il réussit à gagner pour que la flotte du Nord puisse faire la différence décida de la victoire. La ville fut renommée en l’honneur de ce capitaine et de son vaillant équipage.

L’estuaire du fleuve est aujourd’hui protégé par un fort sur chaque rive. Un barrage est placé entre les deux forts, et il doit être abaissé pour permettre aux navires de passer. Une navette relie l’est de la ville avec l’ouest.

La ville produit du poisson, des vêtements et fait pousser des céréales et des légumes. Sa poterie est réputée pour sa qualité dans tout Sala.


"Jolyn" - Cette ville se trouve près du cœur de Sala, et est le point de convergence de toutes les flottes de pêche du Nord. Plusieurs flottes utilisent Jolyn pour ensuite rallier la mer de Vie, fouillant le fond des océans à la recherche de prises. Dans cette ville, les pêcheurs se rassemblent pendant leur temps libre pour raconter des histoires d’aventures fantastiques en haute mer. Les « Mains de Jolo » sont la flotte de pêcheurs la plus efficace actuellement. Jolyn exporte aussi du riz, des fruits, du tissu et du cuir à Ingran et Salandorf.

Jolyn est une ville de bonne taille, mais elle ne peut rivaliser avec les ports de l’océan, ou avec Ingran. Malgré tout, les gens y vivent bien. Les citoyens sont très amicaux, surtout si on pense à ce qu’ils ont vécu pendant la guerre, lorsqu’ils étaient occupés par les Tarians pendant quatre mois et qu’ils subirent beaucoup de pertes. Mais c’est un peuple obstiné, et ils reconstruirent leur ancienne ville encore plus belle qu’avant. La célèbre Armée souterraine de Jolyn, qui continua le combat même pendant l’occupation de la ville, est un exemple de courage pour tous les Salaniens.


"Salandorf" - Salandorf se trouve à l’embouchure du delta du fleuve Sala. Initialement, elle ne consistait qu’en quelques constructions autour de la colline d’Edohein. Mais avec les siècles elle s’étendit et devint la cité prospère que tout le monde connaît. L’incendie de 3043 permit au Conseil de reconstruire la ville de manière plus grandiose. Les constructions sont recouvertes de plâtre pour permettre aux artistes de s’exprimer sur leurs murs. Dans les quartiers pauvres du marais sud, les constructions sont en bois.

La province de Mith

"Athmald" - Fondée en 2330, Athmald, la cité des Lacs, est un des centres de commerce de tissus de Sala. On élève les moutons tout autour de la ville, et les tisserands transforment la laine en tissu qui est ensuite vendu non seulement dans Sala, mais aussi dans les autres nations. Le commerce de tissu a amené avec lui la prospérité, et Athmald possède de beaux édifices et est connu pour ses actions de mécénat des arts.

Le seul accroc à la bonne réputation de la ville, ce fut durant le Temps des Prophètes, lorsque l’orateur Eraddas prit le contrôle de l’Eglise d’Adonai en 2401. Il proclama qu’il avait eu des visions de l’ « Autre monde », dans lesquelles il avait vu les hommes d’Athmald se soulever et prendre possession de toutes les terres. Nombreux furent ceux qui crurent en ces prophéties. Eraddas leva une petite armée et résolut de conquérir Salandorf. Mais il fut vaincu, et Athmald revint dans l’influence de l’Eglise en 2422, à la suite de l’assassinat de l’orateur.

Les fermes des environs produisent principalement des céréales, des légumes et du bétail, les moutons étant élevés dans les hauts pâturages plus à l’est. Les vergers de pommes fournissent un cidre noir et fort.


"Mith" - Lorsqu’en 2341 le premier explorateur atteignit la région connue aujourd’hui sous le nom de Mith, il put à peine en croire ses yeux. Près du fleuve qui se jetait dans le lac voisin se trouvait une grande tour carrée qui semblait tout juste construite. Dans la tour, il ne trouva que les murs et les différents étages, et toutes ses tentatives de percer son secret échouèrent. Autour de la tour, une petite communauté grandit, et devint la ville de Mith.

La ville est à présent la capitale scientifique de Sala. La « Tour des Anciens » abrite l’école Tri’tier du Monde d’Adonai. La ville reçoit de la laine et la transforme en habits raffinés. Le port est utilisé par de petits bateaux de pêche.


"Wortia" - Située dans une vallée à l’ouest des monts Bakwere, les mines de Wortia sont la première source d’approvisionnement en fer et autres métaux pour les forges de Sala. Cette ville de mineurs bénéficie grandement de l’export de minéraux, tant bruts que raffinés. Ce peuple bourru et robuste est toujours prêt à offrir une bière au voyageur, ou bien à la reprendre pour la lui lancer en pleine tête si jamais il désire causer du trouble.

La province de Toslorian

"Dojelito" - Située dans un méandre du fleuve Savin, cette ville à la forme étrange est une des plus anciennes de Sala. Elle fut fondée par Dojol Themf qui construisit une auberge, la Main gagnante, près du gué du fleuve en 2347 GR. Son emplacement sur un point stratégique explique ses défenses importantes. Vers la fin de la guerre contre les Tarians, les forces impériales envahirent la ville et ravagèrent les fermes environnantes. Mais le manque d’appareils de siège signifiait qu’ils ne pourraient pas pénétrer dans la forteresse, et l’ennemi battit en retraite avant même d’apprendre la nouvelle de sa défaite à la bataille des champs Pourpres.

« Fier comme un guerrier, têtu comme une mule ». C’est ce qu’on dit pour se moquer des habitants de Dojelito. En vérité, les coutumes de cette ville paraissent un peu excentriques, mais au final peut-être qu’on comprendra qu’ils avaient raison. Dojelito n’a au premier regard rien d’extraordinaire. Puis on y regarde d’un peu plus près, et on remarque que tout le monde porte une épée à la ceinture. Maîtriser cette arme est une source de fierté, et porter une épée bien en vue est autant une marque de succès que réussir une bonne récolte. Les forges de Dojelito tournent à plein régime.

Les fermes locales produisent des céréales, des légumes et des fruits. On élève du bétail et des porcs. Il existe une ou deux vignes qui produisent un vin rouge épais. Le lin est une bonne source de revenus.


"Chrekimem" - Cette ville est le plus grand centre fermier de Sama. L’agriculture de Chrekimem est considérée comme très avancée, et elle constitue la plaque tournante de tous les produits de la terre.

La province d'Echash

"Echash" - Située sur la côte est du lac Rydin, Echash fut une des premières villes fondées lors de l’expansion méridionale de Sala sous Mikael II. Son faible relief en fait le principal producteur de riz de Sala. De plus, le sable fin des plages du lac Rydin permet à Echash de produire le meilleur verre du royaume, si ce n’est du continent.

La mare d’Adonai, au sud-est de la ville, est selon la légende le lieu de la fameuse rencontre entre Adonai et le mendiant. Si on ne peut pas prouver une telle affirmation, il n’en reste pas moins que le sanctuaire construit en bordure de cette mare constitue la première station du Chemin de Lumière.

Au cours de la guerre contre les Tarians, Echash fut occupée pendant un certain temps, et ses habitants souffrirent sous le joug de l’ennemi. Depuis sa libération, des efforts furent consacrés à sa défense. Actuellement, une douve est en construction autour de la ville et du château.


"Foldrin" - C’est une ville de fermiers et d’éleveurs au centre de la Passe Sud. Les habitants sont chaleureux et amicaux, et acceptent volontiers d’héberger les voyageurs de passage. Cette ville représente un point de passage en raison de son bétail et de ses céréales. La ville en elle-même est très ordinaire, et n’a pour ainsi dire pas changé depuis des décennies. Au cours de la guerre contre les Tarians, elle demeura quasiment hors de la tourmente car elle ne représentait pas d’avantage stratégique particulier. Les soldats tarians ne l’occupèrent que brièvement lors de leur avancée vers Salandorf, puis lorsqu’ils battirent en retraite.

Foldrin fut fondée en 2353, et visitée par Mikael II en 2367. Cette ville est farouchement loyaliste, et si elle participe à l’élection du Conseil, elle n’en demeure pas moins attaquée à l’idée de restauration de la monarchie. Le clan Hobellarn possède des intérêts dans la région.

La région produit du vin, des céréales, des légumes, des fruits, du bétail et des porcs. Le jambon fumé de Foldrin est apprécié partout dans Sala.

La province du sud

"Lekirada" - Dans un vieux dialecte, ce nom signifie « pêcheurs ». La ville de Lekirada possède une grande variété de plats à base de poissons, souvent servis tout frais pêchés du lac. Lekirada est un lieu de repos pour ceux qui naviguent sur les fleuves. Beaucoup de gens pensent que ce sont les pirates athéans qui ont fondé cette ville, mais les documents disent qu’elle a été fondée en 2347 GR dans le cadre de l’expansion de Sala sous Mikael II. Avec le temps, Lekirada devint un des plus importants ports de Sala.

Etant donnée sa localisation en bordure des terres de Sang et de Grinorea Trok, Lekirada est bien protégée. Mais son principale intérêt est dans le commerce avec les terres de Sang, Athea, et parfois le royaume deollyn. La ville produit des céréales, des légumes, des fruits, du bétail, du lin et du raisin.


"La Passe Sud" - Une ville fortifiée à la frontière des terres de Sang. Autrefois une simple communauté de fermiers et d’éleveurs, elle a bien évolué depuis. Personne ne sait au juste quand elle a été fondée, la rumeur dit qu’elle fut construite sur les ruines d’une grande cité qui a disparu il y a longtemps pendant les Ténèbres. Ce peuple était apparenté aux Dalmites comme aucun autre peuple de Sala, mais étant donné l’isolement des Dalmites personne n’a pu vérifier cette hypothèse.

Comme la tension à l’encontre de Tariana grandit, la ville se fortifia et se peupla de garde salaniens pour garantir la sécurité de sa population. La Passe Sud fut assiégée par Rahkzan et ses serviteurs lors de leur invasion des terres du nord. Mais si les armées de l’Empereur franchirent les premières murailles, elles ne parvinrent pas à prendre la ville. La bataille fut éprouvante, mais la ville était réputée pour avoir levé parmi les meilleures divisions au cours de la guerre – on se souviendra en particulier de la défense de la tour par Rubern.

Les habitants de la Passe Sud vivent dans une paix instable, sachant que la proximité de Tariana signifie l’impossibilité pour eux de relâcher leur vigilance. Cette ville est maintenant militarisée, mais de nombreux fermiers, éleveurs et marchands y vivent encore. Les fermiers vivaient dans les environs avant la guerre, et restèrent pour alimenter les troupes. Les éleveurs firent de même. Les marchands qui font le trajet de Caeril aux terres de Sang font halte ici, car ils savent que la ville est toujours en demande de biens et que la présence d’une armée la rend relativement sûre en tous temps. Mais les gens semblent toujours sur le départ. Les habitants de la Passe Sud sont connus pour leur obstination, forgée par les temps difficiles qu’ils ont traversés. Les plus âgés regrettent encore les jours où leur seul souci était la récolte, et ils prient pour qu’Adonai fasse exister ce temps à nouveau.

Depuis l’invasion, les défenses de la ville ont été renforcées. On dit que des tunnels relient les trois fortins et le fossé entre le mur intérieur et extérieur, mais on ne sait pas si cette rumeur est avérée. Les forts et la citadelle sont construits sur des monticules artificiels.

Les fermes produisent des céréales, du lin, des légumes, du bétail et des cochons.


"To’urnelay" - Le nom de cette ville signifie à peu près « oublier ». Elle fut construite par les vétérans des diverses guerres de l’histoire salanienne. On entend souvent les guerriers dire qu’ils sont venus ici pour oublier leur vie de massacres et prendre un nouveau départ, par exemple celle d’un fermier ou d’un marchand. D’où le nom de la ville. Mais certains ont compris que la vie de fermier ne leur convenait pas, et que la guerre était tout ce qui leur convenait. Les terres de Sang sont une région difficile, et de nombreuses guildes de mercenaires se sont créés. Certaines étaient renommées, d’autres n’étaient composées que de brigands. En raison de leur origine salanienne, la plupart de ces guildes ne prenaient pas de contrats à l’encontre de leur nation, mais cela n’a pas toujours été le cas. Cette ville est plus connue pour ses guerriers que pour son blé.

Néanmoins, on y produit du cuir, du vin et des céréales. Le lin apporte des revenus confortables, et est filé sur place.

La province d'Alwyn

"Alwyn" - Cette ville de l’intérieur de terres est le principal centre de production de laine de Sala. Les terres au pied des monts Bakwere constituent d’excellents pâturages. La ville prospère grâce au commerce de laine, mais peut accueillir de petits navires en provenance de la mer grâce au fleuve Thindron, ce qui lui permet d’être aussi, dans une certaine mesure, un port de commerce.

De 2484 GR à 2624 GR, Alwyn fut occupée par les Athéans. On trouve encore aujourd’hui des traces de cette occupation dans les constructions et les noms des habitants. Même si les Athéans furent expulsés de la ville il y a près de six siècles, nombreux sont les habitants qui possèdent encore des liens avec cette nation – les Maisons Airo et Medana partagent le même bureau dans le centre commercial athéan. Les douanes salaniennes gardent un oeil vigilant sur les allées et venues des navires et les activités des Maisons, car il est clair que les pirates athéans utilisent la ville pour écouler leur butin.

On trouve un autre signe de l’ancienne présence athéane : l’usage très répandu du caplis, malgré les efforts de l’Eglise pour faire cesser cette pratique impie.


"Riskalyer" - C’est un port important de la province d’Alwyn, un des ports principaux de la marine salanienne, et un chantier de construction produit de nouveaux navires en permanence. Ces navires patrouillent les eaux côtières à la recherche de pirates pour les empêcher d’intercepter les convois à destination de la baie de Danylin ou de Nive. Ce port est aussi un des points de départ des grands navires de commerce fluvial qui font route vers le nord en direction de la mer de Vie, et vers l’ouest en direction de Lekirada et des terres de Sang. Les poissons, le minerai de la baie de Danylin et les objets créés à partir du minerai sont les principales exportations de la ville. Les pirates sont un fléau commun à beaucoup de villes portuaires, mais ils ne sont pas aussi contraignants qu’on veut bien le faire croire. Ils sont très inférieurs en équipement à la marine salanienne. Au cours de la guerre contre Tariana, Riskalyer fut sujette à un blocus, mais les convois tentèrent tout de même de faire passer ce qu’ils pouvaient par des voies détournées.

Ce port est un centre de commerce important pour le royaume athéan, et ses fermes produisent des céréales, du bétail, des fruits et des légumes.

La province de Hautes-Terres

"Ach’tani" - Ce nom désigne dans un langage ancien un survivant de la civilisation mérussienne, selon la sagesse d’Adonai. La ville fut fondée par un groupe de religieux. Peut-être l’Ordre de la Lumière a-t-il encouragé la construction d’un monastère en cet endroit. Lors de la dégradation de l’Ordre, le monastère fut transmis à des moines jarrolites. L’Ordre Scolastique possède aussi ses quartiers dans le monastère, et le Tri’tier d’Ach’tani est le lieu où les prêtres novices développent leur vocation.

En dehors de sa fonction religieuse, la ville fabrique des vêtements à base de laine et de lin, produits localement. Les plaines avoisinantes sont un excellent terrain pour la culture, et le lac fournit quelques poissons.


"Caljara" - Initialement, cette colonie montagnarde n’était qu’un avant-poste militaire pour contrôler le passage de la côte aux terres intérieures. Mais la découverte de gisements minéraux entraîna une immigration plus forte, et aujourd’hui une ville florissante s’étend au pied du château.

Calajra a toujours été fière de sa liberté de pensée. Lors de la purge des Hommes Libres de Salla, un grand nombre de ceux qui étaient menacés par les remises en questions vinrent trouver refuge ici. On dit que les Nouveaux Hommes Libres de Sala sont originaires de Caljara, mais c’est une simple spéculation. Néanmoins, les gardes du château sont choisis pour leur loyauté envers le royaume.

La ville produit des métaux, des moutons, et des tissus tirés de leur laine.


"La baie de Danyln" - C’est un port situé sur la côte est, au pied des hautes terres de Bakwere, dont la principale activité est le commerce de laine et de minerai. Ce minerai provient de Calajra. Comme Calajra est une ville peu accessible par caravane, tout son minerai est vendu de cette manière. La laine provient des élevages de moutons aux alentours. Les habitants de la baie sont très diversifiés : certains sont très amicaux, d’autres souhaitent simplement être tranquilles. Il existe deux catégories de gens en ville : les marins et les transporteurs. A une époque, la ville fourmillait de mineurs, mais les gisements s’épuisèrent et les mineurs migrèrent vers l’intérieur des terres. Le métier de transporteur est réputé dangereux, et donc il st bien payé, pour ceux qui survivent du moins. Le principale fléau pour les transporteurs consiste en bandes de pillards qui sévissent dans la région. En raison du terrain accidenté, il est difficile d’y envoyer des troupes pour sécuriser la région. C’est pourquoi les transporteurs, les gardes et les mineurs travaillent souvent en étroite relation, partageant un ennemi et un but communs. Une partie du minerai le plus précieux est envoyé par Danyln.


"Sayend" - Cette ville de mineurs se trouve en lisière des monts Bakwere. Sayend est une ville de marchands prospère qui décidèrent d’investir dans les mines. Ses mines sont riches en argent et en or, mais ce sont les joyaux qui sont surtout recherchés. Si une femme de Sala porte des bijoux, il y a de fortes chances qu’ils proviennent de Sayend. La passe de Sayend rend l’accès assez facile du printemps à l’automne, mais est presque impraticable en hiver.


"Suldan" - Nichée dans les plaines au pied des monts Bakwere, Suldan est un des principaux centres de production de tissu de Sala. Les moutons des collines avoisinantes fournissent une grandes quantité de laine de qualité, teinte et tissée sur place et envoyée ensuite à Salandorf pour être vendue ou exportée. Récemment, quelques marchands intrépides ont résolu d’effectuer le déplacement jusqu’à la baie de Danyln afin d’y trouver des marchés plus profitables.

Suldan est, à part cette activité, une ville tranquille. Ses murs n’ont connu aucune attaque, mais sa garde demeure efficace. L’autre événement de la ville est une course de chevaux, une fois par an, qui attire un grand nombre de visiteurs désireux de parier sur les résultats.

La province de Ranrila

"Nive" - Une petite ville sur la côte est. L’est de la ville est protégé par une haute falaise. A l’ouest, le fleuve Ulabre a été détourné pour protéger les remparts. Un fossé de dix pieds de large court le long des remparts.

En plus de constituer une halte pour les convois empruntant les routes commerciales du nord, Nive est aussi un point de ralliement pour l’exploitation des mines des monts Bakwere. Les élevages de moutons sont importants, et alimentent la petite industrie vestimentaire. Récemment, une teinturerie a été construite. En raison de sa position, Nive est la cible fréquente des pirates, mais possède de bonnes défenses.

"Nyld" - Fondée en 2208, Nyld est virtuellement la seule étape dans la route entre Sala et Ranrila. Les gens qui y habitent sont forts et endurcis, habitués à la vie dans ces paysages rocailleux. Les petites communautés se rassemblent ici, car les passages sont rares, la population st faible, mais les murs sont épais. Construites bien plus grande que nécessaire, ces protections ont été mises en plane il y a longtemps en prévision de la venue de réfugiés, si la guerre devenait trop dangereuse pour permettre aux habitants de rester en ville. Les grottes sont relativement entretenues, en cas de besoin. Les mineurs sont les personnes les plus recherchées à Nyld. De nombreux métaux de grande valeur ont été extraits des roches. Les montagnes accueillent des moutons et du bétail, et on peut y faire pousser des légumes et des céréales.

Nyld est l’endroit où le prophète Lakwere habité au cours de son séjour dans ces montagnes. Une des grottes porte son nom, et constitue la huitième station du Chemin de Lumière.


"Ranrila" - Le port de Lanrila est situé dans un ravin entre deux falaises. Si la ville est complètement isolée du reste de Sala par les monts Bakwere, sa loyauté n’en est que plus étonnante, si on excepte la sécession de Roideric en 2927 GR. Le poisson est la première ressource de la région, et si vous aimez les fruits de mer – et si un périple à travers les montagnes de vous dérange pas – les repas que l’on y fait sont succulents. Isolés des complexes intrigues politiques, les habitants de cette ville ont une image de leur nation bien plus pure que celle de la plupart des habitants. Cette ville a soutenu Conre Aiolen avec ferveur.

En plus de la pêche, la ville possède une industrie de fourrures issues du nord de la région. Ses fermes produisent principalement des céréales, du bétail et des légumes.

La province de Burdyn

"Augh" - Augh est une ville rurale en bordure de la forêt de Gailmai. Elle commença son existence comme étape commerciale pour les tribus dalmites, dirigée par Rufus Augh. Les années passèrent, le poste de commerce prospéra. Longtemps après la mort de Rufus Augh, son château devint un point de repli pour les soldats de Buryn, puis fut régulièrement attaqué par les Rhallyns.

Un jour, un Salanien réussit à se procurer un arc dalmite. Ceci fut le début de l’industrie principale de la ville. S’ils ne sont pas aussi bons que les arcs dalmites, ils sont néanmoins très recherchés. De plus, la région possède de beaux pommiers poussant sur un sol très fertile, et le cidre s’exporte par tonneaux. La ville est le lieu de rendez-vous des marchands qui désirent commercer avec les Dalmites.


"Burdyn" - Burdyn se trouve au nord du continent. C’est un petit port de pêche niché entre deux collines. Les falaises s’élèvent à plusieurs centaines de mètres au-dessus du niveau de la mer.

La pêche est la principale activité. Certains chassent la baleine, et l’huile de baleine représente une bonne source de revenus, dont les Dalmites et les villes de l’ouest sont très demandeuses. Les fermes alentour vendent leurs produits à Augh, au sud.


"Lorar" - Cette ville a été fondée par Restin Arbron, capitaine de l’« Etoile du Nord » de sinistre mémoire, dont les exploits sont encore parfois contés dans les tavernes sombres qui parsèment la ville. Cette ville est bâtie de vieilles pierres et de traditions encore plus vieilles, mais ses habitants sont aussi accueillants qu’ailleurs.

La principale industrie est celle des marais salants. Le sel de Lorar se vend dans tout Sala, mais le marché principal demeure les villes de l’ouest. La flotte de pêche est importante, et comporte un ou deux baleiniers. Lorar est célèbre pour son fromage bleu à l’odeur forte.

L’église de saint Brendol a été construite à l’emplacement où le saint fut martyrisé par Restin Arbron, alors qu’il tentait de convertir le pirate au Chemin de Lumière. On dit que le saint fut enterré sous l’autel. Son église est devenu un lieu de pèlerinage, et plusieurs miracles s’y seraient produits.


"Cirtper" - Cirtper est une ville médiévale dont les maisons sont construites presque exclusivement en bois. Les incendies sont monnaie courante. Il n’existe pas de rues à proprement parler, juste des endroits qui n’ont pas été construits. Les édifices les plus importants sont en pierre et en terre.

La plage des Pêcheurs est l’endroit où les pêcheurs tirent leurs bateaux et déploient leurs filets. Entre la plage et la tour nord, au-delà de la plage, se trouve une falaise. Les plus proches collines sont à un demi-kilomètre. Le mur sud est protégé par un fossé de dix pieds de long, habituellement rempli d’eau stagnante. D’autres fossés ont été creusés au pied des murs sud et ouest.

<st>La province de Selaon
"Ardad" - A un jet de pierre du fleuve Talwei, cette communauté forestière et fluviale est reliée au monde par le commerce qu’elle effectue grâce au fleuve. Renommée pour la qualité de ses meubles et de son ébénisterie, elle peut non sans fierté dire que dans toute maison fortunée de Sala se trouve au moins un meuble estampillé du fameux double A.

Peu après sa création, des moins pamériens s’installèrent non loin de là, et le monastère d’Ardad est aujourd’hui un des plus réputés de l’ordre.


"Awi" - Construite au début de l’histoire de Salan Awi était une courageuse avancée dans une terre inconnue. Les habitants d’Awi s’en souviennent, et tirent fierté du courage de leurs ancêtres. Les riches fermes bien irriguées prospèrent autour de la ville. Les sables fins des plages de Drilum permettent la fabrication d’un verre très recherché dans tout le continent.

Au cours de la guerre des Neuf Rois, les troupes sakoïennes attaquèrent Awi en 2643 et réussirent presque à l’envahir. Depuis ce jour, la défense est devenue la priorité de ses habitants.


"Ichei" - Cette ville commença de manière étrange, comme une simple auberge (maintenant au centre de la ville) construite en 2274 par quelques retardataires de l’expédition de Cullin. C’est aujourd’hui un poste de commerce florissant, assistant les voyageurs à l’approche du fleuve Talwei et de l’océan. Les pêcheurs y viennent de loin pour vendre leurs prises de la mer de l’Espoir, ou bien s’en servent comme étape pour un voyage à Caeril. Un mythe a été la cause de l’explosion de célébrité de cette ville : on parle d’une monstrueuse créature vivant dans les profondeurs de Drilum. Quelques personnes disent l’avoir vue, et il suffit d’entendre des histoires à son sujet pour hésiter à prendre la mer en pleine nuit, car c’est là qu’on raconte que la créature se montre. Les légendes l’appellent Icheillar, la Bête d’Ichei.

Les sources principales de revenus de la ville sont son poisson fumé ou salé, ainsi que sa route commerciale. Le port peut accueillir aussi bien de gros transporteurs que des navires de pêche. La région produit aussi du vin, des céréales et du lin.

Le château d’Ichei se dresse sur la colline de Cullin et est entouré d’un fossé profond qui fait également le tour des remparts.

La province d'Enol

"Edel" - Nichée sous les imposants monts Hantés (Qor’lin), Edel est une petite communauté isolée de bûcherons et de mineurs qui ont depuis longtemps appris les vertus de la vie à l’écart des affaires du monde. Si le développement peut changer certaines villes en un clin d’œil, il semble que le temps a tout simplement oublié de donner une histoire à Edel.

Les principales sources de revenus de la ville sont le bois d’abattage et le métal, qu’elle exporte aux cités d’Eraye et Seimle. Le métal et le grain sont aussi envoyés chez les Dalmites. Edel produit aussi des chandelles, du fromage, des peaux et du jambon fumé. Edel est la seule ville de Sala à ne posséder qu’une école Un’tier.


"Smos" - Cette petite colonie se trouve dans la région « extérieure » de Sala (un terme non officiellement usité). Cette région tire beaucoup d’avantages des caravanes sakoïennes qui sillonnent le pays. Smos constitue un point de passage vital avant la passe de Ruttilu. Smos et Belquem sont donc en étroite relation.

La ville est construire sur deux niveaux, sur l’arête de Cherimyn. Le château de Smos occupe le haut plateau, au bord d’une falaise abrupte. La ville elle-même se trouve sur le plateau intérieur, et les fermes se trouvent dans les plaines entre l’Arête et la forêt.

A part être un point de passage pour les caravanes, Smos a joué un rôle peu important dans l’histoire de Sala. Son principal coup d’éclat est d’être le lieu de naissance de saint Guislann le Silencieux. Le sanctuaire dédié au saint est la quatrième station du Chemin de Lumière.

<st>La province d'Adir
"Adir" - Au bout de la longue bande de terre qu’est Sala, Adir est aussi diversifiée qu’éloignée du cœur de la civilisation. Contrainte à une collaboration étroite avec les Sakoïens pour survivre, cette ville a subi leur forte influence. Si leur loyauté va à Sala, les signes de la culture sakoïenne sont visibles partout.

Cette proximité est visible par le « quartier » sakoïen, qui existe depuis maintenant trois siècles. Etabli par le pacte de Sakril en 2894 GR, ce quartier donne aux Sakoïens, sous des conditions strictes, de construire un temple, des boutiques, des centres marchands et une auberge. Ils possèdent aussi leur propre port. Si les Sakoïens ont le droit de construire des remparts et de posséder quelques troupes, la quantité de ces troupes est strictement limitée et le « Quartier » doit pouvoir en tous temps subir l’inspection de Sala.

La principale activité de la cité est le commerce. Mais elle produit aussi du poisson, des céréales, du vin et du tissu.


"Eraye" - Si Sala est comparable à un bras, alors Eraye en constitue sans conteste la paume. Centre de relais pour les communication en provenance de Salandorf, Eraye est la demeure de quelques uns des meilleurs coureurs de Sala. Eraye constitue un bon point de passage pour les transmissions de biens à l’est, tandis que les marchands de Sakoïa et du royaume polyien déchargent souvent leurs navires dans son port.

Eraye est le centre naval de l’ouest, le lac Hubre permettant aux vaisseaux de guerre de passer en eaux calmes avant de rejoindre la flotte occidentale principale à Ikime. Le bois d’abattage et le métal est facilement tiré des monts Hantés. De plus, Eraye produit du vin, du cuir, du bétail, des céréales et des fruits.

Eraye est la ville où grandit Conre Aiolen.


"Ikime" - Toute nation possède son mouton noir, qu’il soit explicitement mentionné ou non. Ikime remplit ce rôle pour Sala, mais pas de manière hostile. Les Ikiméens sont des gens au tempérament de feu, il suffit d’un rien pour que leurs discussions dégénèrent, parfois en batailles rangées. C’est un peuple fier et à la détermination exceptionnelle, n’abandonnant jamais ce qu’il entreprend. Ils font le commerce de chevaux, quoique ce secteur est moins prospère que dans la ville de Pacybe, d’ailleurs considérée comme rivale dans ce domaine : pour eux, ce sont des voleurs de gloire. Si cette rivalité a été source de tensions par le passé, les rivalités se sont maintenant apaisées, du moins dans une certaine mesure. Ikime possède parmi les plus courageux guerriers de Sala.

En plus de ses chevaux, Ikime produit un vin blanc très léger et très apprécié dans les régions méridionales.

Port naturel, Ikime est la base de la flotte salanienne de l’Ouest.


"Pacybe" - Au nord-ouest de Seimle, dans les terres plates qui mènent à l’océan, se trouve Pacybe. Son pont de pierre est le principal lieu de passage pour traverser le fleuve Cheyn. Parmi les hordes de chevaux en liberté sur les plaines vert émeraude, les hommes tirent du sol leur subsistance. La première source de richesse de la ville est le commerce de chevaux, dont le premier client est le gouvernement lui-même, on produit aussi du vin, du riz et des pommes.

Dans la tourmente qui suivit l’assassinat de Conre Aiolen en 3170, le prévôt de l’époque, Jedar Thurin, tenta de créer son royaume indépendant, allant jusqu’à Lorar, Adir et Ildardther. Mais il perdit le combat face aux évêques, et fut déclaré apostat pour avoir défié le dirigeant choisi par Dieu. S’il remporta quelques victoires mineures avec ses troupes, le manque de soutien religieux lui fut fatal. Rejeté par son peuple, il se tourna vers le banditisme et fut pendu en 3172 par une milice de village.


"Seimle" - Seimle, ville luxuriante de l’ouest du pays, dans une région irriguée par de nombreux fleuves, est une destination de choix pour ceux qui désirent quitter les régions plus froides du Nord. Il y a peu à dire de cette région, si ce n’est son importance comme étape pour les déplacements entre le sud et le centre du pays.

Sa source principale de revenus est son vin. Son lin permet d’alimenter une petite industrie de vêtements, en particulier pour la fameuse dentelle de Seimle. La verrerie de Seimle est également très réputée, ainsi que ses peaux, ses oranges et ses amandes. La plupart des producteurs de la région appartiennent à la guilde de marchands de Seimle, qui fixe les prix.

La province d'Ildardther

"Hinroth" - Un des nombreux points de passage des routes commerciales sakoïennes. Hinroth est plus une halte pour les patrouilles et les caravanes qu’une véritable ville. Les « citoyens » qui habitent cet endroit sont presque tous les aubergistes, des taverniers, des serveuses et des gardes. Peu de gens choisissent d’habiter ici. Hinroth est une position facilement défendable, que l’on utilise surtout parce que sa population comporte peu d’innocents à évacuer d’urgence en cas de problème.

Mais Hinroth désire être auto-suffisante, et quelques fermes parsèment la vallée. La pèche est aussi pratiquée.


"Ildardther" - « La grande route déserte »… Ildardther est souvent considérée comme une simple halte sur la route, mais elle a bien plus à offrir que cela. C’est le point de passage des routes commerciales entre les Saliens et les Sakoïens. Idaerther, comme Adir, est un endroit pensé pour le commerce, et des caravanes sillonnent sa route principale tous les jours.

Les alentours produisent du riz, des céréales, du bétail, des produits du jardin et du lin.


"Nalien" - Au creux des montagnes majestueuses, une petite ville subsiste pour accueillir ceux qui ont eu quelques problèmes avec la loi. Nalien n’est pas une grande ville, mais elle comporte assez de population pour vivre en autarcie. Aucun lieu de culte, aucune école pour éduquer les enfants, aucun réconfort pour les malades et les mourants. Mais la ville attire son lot de bandits et d’aventuriers de plusieurs nations différentes sous son aile douteuse. Dans le passé, des expéditions ont été menées pour éradiquer cette verrue. Certaines ont été un succès, mais une année ou deux plus tard la ville renaissait de ses cendres.

La province de Taiaor

"Taiaor" - A l’écart des eaux tumultueuses de la mer de Tiar, Taiaor est un lieu de commerce, de voyages, de richesses et de pauvreté, de pêcheurs, de fermiers et de soldats. Taiaor, ville qui fait feu de tous bois, accepte tout ce qui peut répondre à ses besoins du jour. Les habitants sont accueillants, les auberges sont vastes et les bardes jouent jusque tard dans la nuit… tandis que les gardes veillent. Au cours de la guerre des Neuf Rois, Taiaor fut envahie par les armées dalmites en 2498 GR, et mise à sac. Il n’est pas surprenant qu’à la libération de la ville par le conte Monterral el 2604 GR la ville mit l’accent sur le développement de ses moyens de défense. Mais aujourd’hui, c’est un port plutôt tranquille dont les habitants privilégient le commerce et les plaisirs de la vie.

Salandorf

Salandorf a été fondée en 2828 GR par le Grand Amiral Salan. Initialement simple colonie de baraques en bois et en terre entourée d'une palissade, la petite bourgade commence à partir de l'exploration du continent et de la paix de Limar en 2829 à développer des constructions avancées. Et en 2848, elle devient la capitale par la volonté de Henre II de lui donner la place qu'elle mérite.

Le donjon de Sala est le principal ouvrage que l'on doit à cet homme. C'est la première structure construire en pierre dans Aryiure, les indigènes étant totalement ignorants de ces principes architecturaux avancés. Elle demanda onze ans de travaux, et Henre II mourut peu de temps avant son achèvement. Depuis ce temps, les différents rois et conseils l'ont agrandie et embellie pour donner le beau bâtiment que l'on peut admirer de nos jours. La salle de banquet est à elle seule remarquable par ses murs lambrissés et ses multiples bannières. Cette salle est utilisée pour des cérémonies officielles et des réceptions. Le château remplit aussi le rôle de prison de Salandorf, et abrite les quartiers généraux du Troisième Régiment.

La cathédrale n'est pas celle d'origine. Elle a été détruite dans un incendie en 3000 GR. Il reste malheureusement très peu de temps de l'ancienne bâtisse, même si heureusement le tombeau d'Edohein est demeuré intact. La nouvelle Cathédrale de Lumière a été construite en accord avec les doctrines plus austères qui prévalent aujourd'hui. Exit les autels décorés et les vitraux multicolores des premiers temps. Tout n'est maintenant que pureté et transparence, afin que la lumière d'Adell resplendisse et que rien ni personne ne puisse s'y soustraire.

La salle du Conseil est elle aussi relativement récente. Sa construction a commencé en 3065 et a demandé cinq ans. Ses fastes furent la cause de révoltes contre la " taxe de la chambre " et menèrent directement à la publication du tracte de Conre Aiollen, " la Chambre Corrompue ". Lorsque Conre devint premier Conseiller, il ordonna immédiatement de vendre les ornements d'or et d'argent. Depuis ce temps, les conseillers semblent avoir de nouveau décidé d'embellir ce lieu. Les ornements de soir des chaises de la chambre sont actuellement sujets à controverse. Espérons que Sir Malcolm Crydee saura se souvenir des leçons du passé.

Près de la chambre du Conseil, et dans le même bâtiment, se trouve la cour de Justice. C'est l'endroit où se déroulent la plupart des procès, même si on note quelques salles annexes attenantes dans lesquels sont traitées les affaires mineures. Les procès d'état sont présidés par le premier conseiller. Les autres procès se déroulent en présence des Justiciers de Stellstrad - la Haute Cour de Sala.

La salle des Guides est le point de rencontre des nombreuses guildes de la ville. C'est ici que les apprentis sont intronisés dans leur art, que les dettes sont payées et que les célébrations de guildes se déroulent. Selon une tradition qui se perd dans la nuit des temps, les festivités du Festival de la Lumière se déroulent le 3 Sevilac de chaque année.

L'université de Salandorf est le centre d'apprentissage de l'état de Salan, et pour beaucoup, du continent tout entier. On y trouve la Grande Bibliothèque, dans laquelle les étudiants puisent les connaissances nécessaires à leurs recherches. Dans les salles de lecture, on peut croiser des académiciens distingués comme le docteur Galad, qui parlent d'histoire, de religion, de logique et d'autres disciplines essentielles à la naissance de l'honnête homme.

Le théâtre de la Tragédie et de la Comédie, connue par les habitués comme " Chez Vorin " d'après le nom de son premier directeur, est un lieu de grande animation. Qu'on y trouve une nouvelle pièce jouée à ciel ouvert ou une représentation traditionaliste du ballet enchanteur d'Holmar, " La complainte du Danseur des Flammes ", ou encore une vente aux enchères, l'animation est garantie.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Progress Quest ?

107 aiment, 53 pas.
Note moyenne : (161 évaluations | 12 critiques)
4,9 / 10 - Moyen
Evaluation détaillée de Progress Quest
(18 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

64 joliens y jouent, 115 y ont joué.