Ordres sacrés

Les Jarolites

(Extrait de « Une histoire des fidèles d’Adonai » par le père Paredil, première édition 3187 GR)

En ces temps tumultueux (2924 GR) naquit en la cité d'Ornava un certain Jarol Matrinne, fils d'un servent qui ne revint jamais d'une expédition dans les marais drulons. Fils unique, il dut commencer à gagner sa vie dès son plus jeune âge pour aider sa mère veuve. Il eut donc maintes occasions d'entendre les rumeurs et ragots des auberges où il lavait les plats ou dans lesquelles il traînait. Il apprit de la bouche des vétérans le triste sort qu'avait connu l'expédition chez les Drulons, ainsi que les horreurs et la futilité de la guerre.

Jarol était un enfant très pieux, révérant la Lumière. A l'école un-tier, il se distinguait déjà par son argumentation, et au temple d'Adell il chantait les louanges divines avec une ferveur qui stupéfiait tous ceux qui l'entendaient. Mais ce fut sa force d'argumentation qui lui valut d'être renvoyé de l'école du-tier, et on lui refusa l'entrée au tri-tier sur ce motif.

Ses problèmes venaient du fait qu'il remettait continuellement en question l'invasion du territoire drulon et les conséquences technologiques de cette action. A cette époque, Ornava était le refuge spirituel de quelques-uns des plus ardents zélotes d'Adellion - l'Ordre de la Lumière - qui par fierté et égarement proclamaient : "Allons de par le monde frapper les ennemis de notre Dieu et massacrer ceux qui refusent de reconnaître sa Volonté. Purifions le monde pour qu'il resplendisse de la Lumière, et qu'il n'y ait qu'un seul berger et qu'un seul troupeau."

Que ces zélotes rencontrent une opposition en ce jeune homme était pour eux un anathème. Ils cherchèrent par de sévères réprimandes et par des rumeurs à le dissuader de poursuivre. Mais le saint persistait dans ses remises en question, déclarant qu'il était blasphématoire de massacrer des innocents au nom de Dieu. "Si Adell est toute puissance et toute sagesse", demandait-il, "pourquoi n'a-t-il pas fait en sorte que tout le monde le vénère ? Vous constatez aujourd'hui que d'autres religions existent, et que ces religions font partie du grand projet divin. Ceux qui cherchent à convertir de force les autres ne voient pas la vraie Lumière."

Finalement, les zélotes furent si excédés de leur échec à ramener Jarol à l'obéissance qu'ils le bannirent de l'école et de la congrégation, et lui interdirent même de remettre un pied en ville. Le jeune homme devint alors un vagabond dans les terres de Sala, travaillant ici et là dans les fermes pour gagner sa subsistance. Pendant six ans, il erra et médita sur ses convictions, priant pour accéder à la Lumière, pour recevoir des signes. Parfois, il prêchait dans de petites congrégations qui le lui demandaient. A la fin de cette époque, lorsqu'il eut dix-neuf ans, sa sainteté était visible par tous ceux qui l'approchaient.

Le saint parvint à Riskalyer en 2943 GR. Il y rencontra le seigneur Glimsora, en qui il trouva un esprit proche du sien. Ensemble, ils s'installèrent dans le manoir de Glimsora et se mirent à prêcher en ville et dans les villages avoisinants. EN 2947 GR, leurs convictions furent soumises à l'étude d'un évêque, qui ne trouva rien à leur reprocher. A partir de cette période, les Jarolites, comme ils se firent appeler, reconvertirent le manoir de Glimsora pour en faire le monastère que nous connaissons aujourd'hui. L'ordre possède plusieurs maisons. Jarol mourut en 2966 GR, et fut inhumé dans l'abbaye de Riskalyer. Son sanctuaire est l'une des Neuf Etapes du Chemin de Lumière.

Les Scolastiques

Au début du XXIXe siècle, il devint évident pour le Patriarche que le crédit croissant accordé aux faux prophètes menaçait non seulement la civilisation salanienne, mais aussi la Sainte Eglise d'Adell elle-même. Il entreprit donc la création de cellules d'érudition, destinées à demeurer malgré les remous hystériques des mensonges. Il s'adressa pour ce faire à deux docteurs en divinité de l'université de Salandorf, sainte Aurélia de Dojelito et saint Eurolis. Il les enjoignit de quitter l'université, qui elle aussi commençait à être corrompue par la doctrine des faux prophètes, afin de fonder un ordre voué à l'enseignement des jeunes et à la pérennité de l'histoire et des connaissances de Sala.

Sainte Aurélia retourna dans sa ville natale de Dojelito, où elle épousa Eurolis. Ensemble, ils fondèrent l'Ordre des Scolastiques. Ils posèrent les bases de leur ordre dans leur traité, "De la Préparation de l'Enfant au Chemin de Lumière", texte qui constitue le fondement d'une éducation tenue en haute estime depuis maintenant plus de trois siècles. En bas âge, l'enfant doit prendre connaissance de certaines notions de philosophie et de logique, destinées à le préparer à faire la distinction entre les bonnes doctrines d'Adell et les doctrines corrompues des faux prophètes.

L'Ordre des Scolastiques se répandit rapidement dans tout Sala, fondant les écoles Un-Tier et Du-Tier telles qu'elles existent aujourd'hui. Même si parfois certaines régions furent envahies et si la Lumière vacilla, la volonté d'Adell et des Scolastiques connut en fin de compte la victoire. Les idoles des impies furent jetées au sol, et l'enseignement des jeunes esprits put reprendre.

Les Pamériens

Saint Pamer naquit dans une riche famille d'Ikime. Dans sa jeunesse, c'était un enfant turbulent et irascible. Peu d'efforts furent consacrés à son éducation, et il passait ses journées à chasser, à boire avec ses amis, et à accomplir d'autres actions peu recommandables. Un jour au début de l'année 2973, lorsqu'il eut vingt-trois ans, il chassait dans les bois de son domaine en compagnie de ses amis. Brusquement, un de ses compagnons qui s'apprêtant à tirer sur un daim fut aveuglé par une grande lumière. La flèche manqua sa cible, et toucha le saint.

Pendant plusieurs mois, Pamer fut entre la vie et la mort. On fit venir des prêtres. Cinq fois on prononça à son chevet les ultimes sacrements, mais à chaque fois il revenait à la vie. Lorsqu'il récupéra de son épreuve, ce fut un homme transfiguré. La première chose qu'il demanda fut un Livre de Lumière. Pendant sa convalescence, il étudia les miracles divins. Il abandonna ses anciens compagnons, et embaucha des précepteurs pour combler son manque d'éducation. Faisant pénitence pour sa vie passée, il adopta un mode de vie austère et se mit à jeûner, à porter un vêtement de grosse toile, et fit voeu de célibat. Il fit don d'une grande partie de sa fortune aux pauvres.

Lorsque sa santé revint, par la grâce d'Adell, il parcourut le monde en prêchant à ceux qui voulaient l'écouter. Il s'adressait aux riches et aux puissants, leur demandant de faire de bonnes actions. Il abandonna sa belle maison, et en fit don à l'Eglise qui en fit un orphelinat. Il déclara que la terre serait son seul lit, et que les arbres seraient sa seule maison. D'autres le rejoignirent, attirés par son enseignement, et adoptèrent son mode de vie austère.

Mais il comprit qu'un mode de vie trop austère pouvait détourner le plus grand nombre du Chemin d'Adell. Il autorisa alors la possession de maisons, et accorda plus de permissions dans d'autres domaines, tout en accroissant le nombre et la durée des actions et services divins. Aujourd'hui encore, les Pamériens sont réputés pour leur vie austère et leur comportement saint, et sont très respectés pour leurs bonnes oeuvres.

L'Ordre de la Lumière

Fondé dans les premières années de Sala, cet ordre aujourd'hui discrédité prêchait la guerre sainte afin d'éradiquer les hérétiques de la surface du monde. Ils disaient suivre les ordres d'un obscur prophète oublié depuis longtemps : "Allons de par le monde frapper les ennemis de notre Dieu et massacrer ceux qui refusent de reconnaître sa Volonté. Purifions le monde pour qu'il resplendisse de la Lumière, et qu'il n'y ait qu'un seul berger et qu'un seul troupeau."

L'Ordre connut son apogée en 2970 lorsqu'il résolut de renverser le Conseil et d'y nommer en lieu et place Brendyn Hollebarn, leur roi fantoche.
Heureusement, les zélotes connurent ensuite des querelles intestines et perdirent le respect qu'ils avaient acquis auprès du peuple.

L'ordre connut ensuite le déclin, et Nicolas III le Sage put le faire disparaître de notre nation.
On pense que l'Ordre possède encore un ou deux adhérents, mais il est sous le coup d'une interdiction du Patriarche. Personne ne peut entrer dans cet ordre ou adopter sa doctrine maléfique.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Progress Quest ?

107 aiment, 53 pas.
Note moyenne : (161 évaluations | 12 critiques)
4,9 / 10 - Moyen
Evaluation détaillée de Progress Quest
(18 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

64 joliens y jouent, 115 y ont joué.