Les Terres de Sang

A l’origine, les terres de Sang était un autre nom pour les champs Pourpres au sud de Sala, mais avec le temps c’est devenu le nom donné à toutes les régions qui composent le centre d’Ariyure. Presque toutes ces régions ont une histoire faite de guerres. Toutes ces régions ne sont pas devenues neutres brusquement, mais la plupart trouvent leur origine dans la guerre des Neuf Rois. Une fois la paix signée, tous tombèrent d’accord sur la nécessité d’une zone neutre afin d’empêcher d’autres guerres.

Le type de gouvernement rencontré dans les terres de Sang est variable. Certaines villes sont autonomes et dirigées par un maire élu, d’autres sont divisées en quartiers avec un commandement indépendant. Dans les zones rurales, on croise des gens qui se nomment « Hommes libres », souvent des nomades d’origines diverses qui ne se revendiquent d’aucune appartenance. Ces Hommes libres sont méprisés par toutes les nations qui entourent les terres de Sang, qui les considèrent souvent comme des bandes de pillards.

Mais les Hommes libres sont un facteur important de neutralité dans les terres de Sang, en raison de leurs attaques sans discernement contre toute tentative de colonisation de la part des nations qui les entourent.

À proximité d'Alira 

Alira, ou les collines du Repos comme on l’appelle parfois, semble être aussi perdue que le bout du monde. Mais la région qui l’entoure est en véritéun très important centre de commerce et d’extraction minière. La côte est de la province possède une pêcherie qui l’alimente de manière presque illimitée en poisson. Encadrée par le Dveron et le Lyth, cette région est une excellente opportunité pour les habitants de convoyer leurs biens à l’étranger. Beaucoup de conflits se sont déroulés ici, et la région porte encore les stigmates des affrontements entre le sud et le nord. En dehors de la présence des Salaniens et des Tarians, la région comporte aussi la population la plus soudée d’Aethans, qui se sont établis ici après la guerre des Neuf Rois. La ville de Dynris est un port très actif, à ce que l’on dit un des plus actifs et des plus neutres du monde. Au sud de la ville, on trouve de mystérieuses ruines, dont on dit qu’elles étaient autefois la ville de Samen. Si seules quelques pierres subistent aujourd’hui, parfois un chercheur y découvre un artefact. Beaucoup traitent ces découvertes avec respect. Alira est constellée de mines qui produisentdu fer, du cuivre, de l’or, de l’argent et du zinc. La ville de Rans s’est développée sur les activités minières, et les mineurs viennent y vendre leur production.


"Dynris" - Dynris est un port animé. Les maisons y sont presque toutes construites en belle pierre blanche extraite de carrière à l’est. La ville, de par sa disposition et son orientation, consitue une importante place d’échanges. La ville est dirigée par un maire élu qui nomme les autres responsables. Une garde a été créée pour maintenir l’ordre en raison du nombre impoortant de visiteurs, ainsi que pour protéger Dynris en cas d’urgence.

Plusieurs compagnies de commerce, originaires des nations voisines, possèdent des entrepôts ici. Un grand nombre de marchands utilisent les transports maritimes. L’union des Marins de Dynris travaille à résoudre les différends, arbitrent les conflits et donnent des pensions aux femmes dont les maris sont morts en faisant leur devoir.

Mélangeant des éléments des enseignements salanien et tarian, l’école de Dynris est le centre d’éducation local. On y apprend la lecture, l’écriture et l’arithmétique, ainsi que la navigation et l’art de la mine. La grande salle de conférence de l’école est souvent utilisée pour les réunions municipales.

Une statue construite il y a plusieurs années commémore la relation de Dynris avec la mer. La statue de bronze est celle d’un pêcheur qui lance son filet en direction de la mer sur fond de vagues.


"Rans" - Rans fut construite à cause de l’activité minière de la région. La plupart des constructions sont en pierre. Presque tout le monde travaille à la mine et au commerce du minerai en utilisant une rout qui mène jusqu’au fleuve. Plusieurs compagnies commerciales et artisans locaux vendent leurs biens à Rans. Le sercice de Cartographie de Rans inventorie toutes les mines du secteur sur les collines du Repos, et règle les conflits de propriété. Il n’existe pas de gouvernement régional, le service de Cartographie en tient lieu. Le bois de la forêt voisine est transformé en charbon et est utilisé par les forgerons pour affiner le métal. Un petit parc à proximité du centre ville a été construit à la mémoire de tous les mineurs passés, présents et à venir.


"At'tin" - La plupart des constructions d’At’tin sont construites en pierres tirées d’une carrire voisine. La ville constitue un point de liaison entre l’ouest et le sud pour le commerce de minerai, ainsi que pour les fermiers des environs. Le Consortium des Mineurs d’At’tin offre au mineurs la possibilité de vendre leur production en gros à des marchands qui le transportent ensuite vers des régions plus lointaines. Les meuniers, tisserands, pêcheurs, charpentiers et autres artisans font bien tourner le commerce. La statue du Soldat, à laquelle les mineurs ont participé, est construite en bronze et ressemble d’ailleurs à plusieurs de ses généreux contributeurs. Un pêcheur regarde au nord, un filet dans une main et une épée dans l’autre. Un fermier regarde à l’est, une fourche à la main. Un mineur regarde à l’est, un gros marteau aux mains dans une position défensive. Et un artisan regarde au sud, une scie à ses pieds, un arc aux mains. Entre les jambes du mineur et du pêcheur, un petit garçon sort la tête. Cette statue est un ajout récent à la ville, en l’honneur de ceux qui ont combattu au cours de toutes les guerres.

À proximité de Caern 

 La région entourant Caern, la mer de la Tranquilité, fut très touchée par les derniers affrontements entre le nord et le sud. De nombreuses fermes en portent encore les stigmates, certaines ont même été abandonnées et intégrées à des ensembles agricoles de plus grande envergure. La ville d’Erana, sur le fleuve Dveron, est un important centre de vente de produits de la terre. La ville d’Acktheright est elle aussi grande exportatrice agricole.


"Ackair" - Tout à l’ouest de la province se trouve Ackair, sur le fleuve Lyth, près de Caern. Les terres des environs sont fertiles. Les fruits et légumes d’Ackair sont célèbres pour leur bon goût et leur abondance. Ackair a été très endommagée par les guerres, et certains édifices n’ont pasencore été complètement reconstruits. On y trouve plusieurs entrepôts appartenant à des compagnies de marchands. On trouve des charpentiers, des forgerons et des tisserands. Les constructions sont principalement de pierre, parfois taillée, parfois non taillée, en provenance d’une carrière à l’est de la ville.


"Acktheright" - Acktheright est une ville très active qui commerce des produits du fleuve et des fermes avoisinantes. La ville possède un maire élu, un capitaine du port, un bureau des Mesures et des Taxes, et un trésorier. Plusieurs compagnies commerciales possèdent des entrepôts et des bureaux. L’auberge de la Tranquilité sert des repas et des boissons aux habitants et aux voyageurs. Les chambres sont confortables et spacieuses, et les repas savoureux et consistants. On y brasse également une bière. Le parc de la ville porte le nom de Dak Ruthien, qui dirigea un groupe de bergers espions à l’encontre des forces tarianes. Ruthien les organisa en force de guérilla, attaquant les Tarians avec des arcs (ceux-là même qu’ils utilisaient pour éloigner les loups), puis prenaient la fuite. Les Tarians furent distraits assez longtemps pour permettre aux habitants de fortifier leurs maisons ou de s’enfuir. Ruthien fut pourchassé par les Tarians et perdit la vie, mais son souvenir perdure ici.


"Erana" - Erana est le centre local de vente des produits de l’agriculture. C’est une terre plutôt plate et fertile, et les activités agricoles y sont bien répandues. Certaines fermes ont été abandonnées en raison de décès au cours des guerres passées ; parfois elles restent à l’abandon, parfois elles sont reprises par un fermier voisin si le propriétaire n’a pas de famille. La plupart des constructions sont en brique ou en pierre. Une petite carrière au sud-ouest d’Erana fournit la pierre nécessaire. Il n’existe pas de maçon professionnel à Erana, ce qui ralentit quelque peu la rapidité de construction. L’activité a grandement progressé depuis la fin de la guerre, et les commerces locaux en profitent grandement. Après les derniers combats, les anciens d’Erana ont décidé la construction d’une muraille pour assurer la protection de la ville, mais cette construction est lente et seule la section sud a été achevée aujourd’hui. Deux sections de mur entourent la partie sud de la ville, avec une porte et deux tours aux extrémités est et ouest.


"I’acktin" - I’acktin est une petite ville de mineurs. La plupart des habitants travaillent aux champs ou à la mine. Au cours de la dernière guerre, la ville fut envahie. Mais comme les habitants sont des gens raisonnables et prêts à se plier aux conditions pourvu qu’ils puissent en tirer profit, leur ville n’a subi que de léger dommages. Le commerce s’effectue principalement à l’échelle locale, mais parfois un ou deux convois partent pour le sud-ouest, chez les Tarians. Un conseil de ville décide des actions de justice, mais il n’existe pas de véritable gouvernement organisé. L’extraction minière est très active et produit du minerai rare, l’agriculture et la pêche sont bien développées. Les construction utilisent principalement de la pierre et du bois.

À proximité de Caeril

Centrée autour de Caeril, la cité de la Diplomatie, sans être dominée par elle, cette région est très variée en ressources et en paysages. Caeril se trouve dans la plaine fertile du fleuve Dveron, dont l’activité est essentiellement agricole. Les marchands utilisent le fleuve et les routes locales pour leur commerce. Vesnal se niche au cœur des bois de Kilral, et repose surtout sur la chasse, les activités de trappeur et l’exploitation des ressources de la forêt. Plus au sud, Awust est une ville à l’agriculture développée, et tire des revenus supplémentaires des forêts et de quelques gisements miniers voisins. Cette contrée fut en grande partie dévastée par les conflits entre le nord et le sud, mais aujourd’hui la prospérité est de retour.


"Awust" - Awust est une ville à la limite de la forêt et des champs, construite non loin des mines de l’est. En raison des combats entre le nord et le sud, Awust souffrit grandement de la guerre, mais l’importances des mines de la région ainsi que son sol fertile ont réussi à lui rendre vie. Certaines compagnies de marchands possèdent des bureaux à Awust. Actuellement, les habitants construisent un mur tout autour de la ville, mais il n’est pas encore achevé. Ils ont désormais un connétable pour maintenir la paix et organiser la défense au cas où les hostilités se déclarent à nouveau. Ce connétable est responsable du maintien de l’ordre au quotidien, ainsi que de l’organisation de la ville en temps de guerre. Il est également responsable de la construction des remparts de protections. La petite mais confortable auberge de l’Alouette propose de bons lits aux voyageurs. Sa cuisine est renommée pour ses saucisses au gibier, épicées avec des ingrédients secrets.


"Caeril"- C’est la cité de la neutralité. Elle fourmille de commerces et d’artisans, on y écoute de la musique et on y trouve de nombreux parcs. A l’intérieur des remparts se sont créées des enclaves culturelles. Chaque quartier est protégé par des unités de police de la garde de Caeril.

Le centre de Caeril est le quartier le plus ancien, celui qui possède les plus grands édifices, ainsi que les bâtiments gouvernementaux. On y trouve la vénérable auberge de la Colombe et de la Rose. Le seul forgeron de Caerl travaille à équiper la garde et à réparer son matériel, mais à l’occasion il peut travailler pour d’autres clients. L’auditoiul de Caeril se trouve lui aussi dans le centre, et s’y produisent souvent des amuseurs célèbres invités par le gouvernement de Caeril. Le maire de Caeril est élu, mais peut demeurer longtemps en placesi les citoyens sont satisfaits de son travail. La justesse et la liberté sont les qualités qui sont le plus souvent utilisées pour juger le maire. Le bureau du maire et les autres organismes gouvernementaux se trouvent eux aussi dans le centre ville. Yannor, un pompier héroïque qui combattit un incendie causé par la foudre, avu son nm associé au puits et au parc situé dans le centre ville.

De nombreux commerces du nord de la ville sont posédés ou dirigés par des individus d’origine salanienne. Dans ce quartier réside l’ambassadeur de Sala. La bibliothèque Bakwere, fondée et alimentée principalement par l’ambassadeur de Sala, ainsi que les écoles Un’tier et Du’tier avoisinantes, sont ouvertes à toutes et regorgent de livres< ; Les édifices sont en brique, en pierre et en bois.

Le secteur tarian se trouve dans le sud-est de Caeril. Ce quartier est strictement réglementé par ses habitants. En son centre se trouve le temple deSarith, qui possède un magnifique autel d’orn de platine, d’argent et de joyaux. La grande statue de bronze de Kerowyn, l’épée levée dans une attitude de défi face aux démons du mont Vrol, domine le parc srué entre le temple de Sarith et la résidence de l’ambassadeur. L’Académie tariane enseigne aux jeunes des familles du quartier les mathématiques, la lectuer, l’écriture, le maniement des armes et l’extraction minière. Les élèves assistent au cours pendant la semaine, et retournent chez eux un jour par semaine.

Au sud-ouest de la ville se trouve le secteur drulon. Il est dominé par le Cercle de Nerikiln une arène où les gladiateurs font preuve de leur talent. On y trouve aussi l’ambassade des Drulons, la salle des Registres (un lieu où sont archivés tous les contrats signés entre les Drulons et Caeril), le centre de la Monnaie, et de nombreux entrepôts pour les produits de l’agriculture.

Au nord-ouest se trouve le quartier sakoïan. Il est dominé par le Bazar de Surric, un lieu d’échange et de commerce qui se peuple au milieu et en fin de semaine. La résidence de l’ambassadeur sakoïan possède une porte extérieure très décorée de joyaux et de scènes décrivant la sagesse et la bienveillance d’Edalirin, et un temple a été construit en son nom non loin de là.


"Ilderskel" - Fondée en 2362 par les Salaniens, celle ville a souvent connu la guerre. Elle est devenue neutre après un conflit entre Sala et un royaume salanien indépendant soutenu par les Sakoïans. Depuis la signature des Accords dalmites, cet endroit est devenu relativement isolé de Sala et perdu une grande partie de son ancienne allégeance. Mais cette ville reste fière de la naissance de saint Jerrol en ses murs, ainsi que de sa défense contre les attaques des Drulons en 2657 et 2693.

La ville commerce avec les Dalmites, les Sakoïens et les autres cités neutres. Elle possède de plus une pêche bien développée, produit du lin et de beaux raisins qui servent à la fabrication du vin d'Ilder, renommé pour sa douceur et son velouté.

Protégée par des remparts en raison des attaques passées, Ildcerskel possède une force de maintien de l’ordre qui protège les marchands et les habitants. La porte sud donne sur une route qui conduit à Todelor, et la porte des Fermiers donne sur les champs qui s’étendent à l’ouest et au sud de la ville. Deux tours, la tour du Doigt et la tour Sud, offrent un excellent point d’observation des alentours. La tour du Doigt est construite sur le Doigt, une avancée de terre située à l’endroit où le fleuve entre dans Tiar. Cette tour tient aussi lieu de phare. Le maire est un officier élu, dans la plupart des cas un individu qui a, à un moment ou à un autre de sa vie, été responsable de la garde. Le maire a sous ses ordres le commandant du Port et de la Garde, et lui donne le devoir de maintenir l’ordre et la sécurité dans les eaux de la ville et dans ses remparts. Une taxe est prélevée sur ls marchandises, les navires et toute forme de commerce lors de l’entrée aux portes de la ville, afin de payer le salaire du maire, du commandant du Port de la Garde, et des gardes eux-mêmes.

Au cours d’un des nombreux sièges d’Ilderskel par les armées de Sako, les habitants furent coupés de leur approvisionnement tiré du fleuve et du lac par les attaquants qui avaient réussi à prendre possession des quais et des emtrepôts. Une colombe blanche se posa alors à l’endroit où depuis on a construit le puits qui porte son nom, et se mit à gratter le sol. Les villageois la virent et creusèrent le puits, et cela leur donna l’espoir et leur permit de ne pas abandonner. Les Sakoïens furent repoussés, et Ilderskel put retrouve sa liberté, en partie grâce à cette colombe. Une des deux auberges de la ville porte aujourd’hui son nom.

La Maison d’Adonai est un lieu de culte utilisé par de nombreuses personnes de différentes religions. Si les suivants d’Adonai sont les plus nombreux, par respect pour les voyageurs il a été décidé de construire un grand nombre de petites chambres privées afin qu’ils puissent pratiquer leur foi. De plus, la grande salle centrale de la Maison est souvent utilisée pour jouer des manifestations musicales, des danses, des concours de poésie…

La bibliothèque d’Ilderskel est renommée pour son unique collection de volumes décrivant la musique des Sakoïans et leurs danses. Tous les citoyens de la ville peuvent emprunter des livres. Un visiteur peut lui aussi demander une copie d’un livre, mais il devra patienter quelques jours pour que les scribes lui fournissent la copie demandée.


"Todelor" - La fierté de Todelor, c’est sa fabrication de papier qui emploie de nombreux bûcherons ainsi que des ouvriers pour traiter la pulpe de bois nécessaire à la création du papier. Ce papier est a principale exportation de Todelor. Une brasserie locale produit de la bière vendue à l’exportation. Les fermes du nord de la ville l’approvisionnent abondamment en viandes, céréales et légumes. Ls forêts du sud lui offrent du bois, des fourrures, du gibier et des herbes.


"Vesnal" - Vesnal est une petite ville forestière. La plupart de ses activités sont liées à la forêt et consistent en la chasse, le piégeage et l’abattage de bois. En raison de son écart des autres villes, Vesnal le souffrit pas trop des guerres récentes.

À proximité de Kilaral 

Le cœur des bois de Kilaral est un endroit mystérieux et hostile pour ceux qui ne sont pas familiers avec le milieu forestier. Peu de chemins s’enfoncent dans les profondeurs. Les villes principales sont séparées par de longues distances ainsi que par leur culture, et on mentionne plusieurs forteresses dalmites dans la région. Xelys se trouve au sud de la forêt, sur le fleuve Lyth, et fut initialement construite comme une halte pour le commerce fluvial d’est en ouest. Les commerçants locaux proposent objets artisanaux et nourriture en échange de choses plus exotiques produites par les Drulons et les autres cultures.

Dans l’ouest de la forêt, on note des maisons éparses, de petits groupes familiaux qui vivent de chasse et de coupe de bois. On parle de rencontres avec des Dalmites, on parle de villages, mais personne ne souhaite vraiment aller vérifier si ce que l’on dit est vrai. La terre le long du fleuve est utilisée pour une agriculture et un élevage restreints. Dans cette région, l’attitude générale est celle d’une tolérance envers les étrangers, mais sans oublier de protéger ses propres intérêts. Les constructions sont en briques, en pierre et en bois.

Dans les forêts entre Boek et Linal, on trouve surtout des habitations isolées ou de petits rassemblements familiaux. Ces familles pratiquent une agriculture de subsistance, complétant parfois leurs revenus avec des activités telles que la récolte d’épices, la chasse ou l’exploitation de la forêt. Les objets d’artisanat, les fourrures et le bois sont vendus à Linal les jours de marché, et c’est ce qui a assuré la croissance de la ville, à la fois grâce aux habitants locaux, aux Drulons et aux Sakoïans. Tout au sud de cette province, on vend de l’étain et d’autres étaux en petite quantité. Les constructions sont souvent un mélange de brique, de pierre et de bois. Le commerce avec les habitants du désert est fréquent, et facilité par les villes d’Uquao et Zhan.



"Boek" - Boek est surtout une ville de fermiers, et les services qu’elle propose sont en accord avec les activités des fermes avoisinantes. L’auberge de l’Erable est accueillante et confortable pour les voyageurs qui naviguent sur le fleuve Uqaho. L’agriculture locale et une cave à vin font des repas à l’auberge quelque chose qui vaut le détour. Les fourreurs, les tisserands et les charpentiers offrent leurs services partout dans la ville. Les constructions de Boek utilisent la brique et le bois, deux matériaux présents en abondance dans les environs.


"Estroth" - Cette ville est née du commerce. Les marchands y achètent les productions de ceux qui vivent dans la forêt, et leurs fournissent différents services, ainsi qu’à ceux qui utilisent le fleuve comme moyen de locomotion. On commerce jusqu’auxmarécageset aux déserts de l’ouest. L’auberge du Poisson Chat accueille aussi bien les habitants que les voyageurs, tandis que les artisans en profitent pour leur vendre leurs services. L’unique dirigeant de la ville est choisi selon un système semi-héréditaire. Le Détenteur de la Balance est celui que les marchands consultent lors des conflits d’intérêts entre eux. Le Détenteur peut demander les services d’autant de personnes qu’il le souhaite afin de régler un problème ou de mener une enquête lorsque cela est nécessaire.


"Linal" - Linal est la plus grande des villes de cette région, et possède deux grandes maisons de commerce qui se disputent le marché locaux et les clients étrangers. Les jours de marché voient la population affluer de toutes parts, et les marchands dressent leurs tentes autour du puits central. L’auberge du Pin attireles voyageurs de toutes sortes qui viennent goûter aux spécialités maison : tartes à la viande et pot au feu sont des célébrités locales. Linal possède un avant-poste des Mains de miséricorde pour assister ceux qui ont besoin de soins médicaux. Parfois, une épaisse fume recouvre Linal et les forêts alentour, signe que les charbonniers dont les forgerons louent les services sont en plein travail.


"Todelor" - La fierté de Todelor, c’est sa papeterie qui emploie plusieurs bûcherons ainsi que ceux qui transforment le boisen pâte pour fabriquer le papier. Ce papier est la principale exportation de Toledor, à destination d’Ildcerskel. Une brasserie locale fournit un export d’appoint. Les fermes au nord de la ville fournissent des céréales, des viandes et des légumes en abondance, tandis que la forêt au sud apporte gibier, fourrures et herbes.


"Xelys" - Ville souvent animée en raison de sa position sur le fleuve, Xelys possède plusieurs entrepôts pour stocker ses biens, ainsi que des installations pour réparer les navires. La circulation par mer est limitée, et c’est surtout par le fleuve que la ville communique. Le hall des Bateleurs est le lieu de réunion de ceux qui utilisent le fleuve pour leurs activités professionnelles. Cet édifice tient lieu de rendez-vous pour les marins, pêcheurs et capitaines qui voguent sur le Lyth. Plusieurs artisansvendent leurs biens à Xelys, et l’auberge de la Mousse accueille les voyageurs, même si les prix sont un peu élevés en raison de l’éloignement de la ville. Le dirigeant de Xelys, élu, est responsable du maintien de la paix en ville, ainsi que de la fixation des poids et mesures, et de la résolution de tous les conflits entre marchands. Il possède trois connétables à son service.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Adellion ?

53 aiment, 21 pas.
Note moyenne : (74 évaluations | 4 critiques)
5,2 / 10 - Moyen